Sortir de sa zone de confort pour apprendre une langue. Oui, mais comment ?

Ecoutez l’émission

Bonjour à tous et bienvenue sur katyslanguages.fr, mon blog français consacré aux langues, à l’interculturel et aux voyages. Aujourd’hui on parle apprentissage des langues et plus précisément de l’importance de sortir de sa zone de confort et des difficultés pour y parvenir.

Et pour commencer je vais vous parler d’une petite anecdote qui n’a apparemment pas grand chose à voir avec les langues mais qui peut pourtant vous permettre de mieux saisir ce qui se joue quand on parle de zone de confort.

Une fois par an environ, je vais à la patinoire. D’ailleurs je vous ai montré un petite vidéo à ce sujet il y a peu de temps. Allez la voir, surtout si vous apprenez le français, ça peut être utile.

Me retrouver sur la glace, c’est toujours difficile au début. J’ai dû patiner 5 fois dans toute ma vie. J’évolue sur une surface et avec un équipement qui ne me sont pas familiers. C’est comme réapprendre à marcher, sauf que ça c’était il y a très longtemps. Je ne me souviens plus du tout comment j’ai fait.

Au début je me sens maladroite, j’ai peur de tomber, je pense que je ne vais pas y arriver. Je vois ces patineurs expérimentés qui glissent avec tant d’aisance et de fluidité et ça me fait envie. Ça a l’air si simple. Moi aussi je voudrais déjà être comme eux, mais le chemin à parcourir semble interminable. Alors je bloque, je n’ose pas, je me décourage… Mais l’envie est si forte. Je suis tiraillée entre tentation et appréhension. Et puis soudain je prends mon courage à deux mains et je me lance. Enfin, se lancer, c’est un bien grand mot. J’avance d’abord avec prudence en me tenant à la rambarde. Puis je me fixe de tous petits objectifs: la lâcher sur quelques mètres tout en gardant la main près du rebord, sans jamais m’en éloigner. C’est pas facile mais j’y arrive. Alors je continue et je gagne en confiance. Puis, une fois que j’ai fait un tour de piste, je dois franchir l’entrée et là il n’y a plus rien pour se tenir. Quelques mètres sans rambarde à laquelle m’agripper en cas de besoin… Alors, plutôt que de garder les yeux rivés sur mes pieds, je regarde devant moi. Bizarrement, je gagne en stabilité. Et je continue ainsi à progresser.

Un premier tour sans me tenir, puis deux, puis trois… Je n’ai plus peur et je commence à prendre plaisir, je m’amuse et plus je m’amuse, plus je progresse. Le fait de vaincre ma peur me libère. Je me détends, je glisse et quel bonheur! J’y arrive ! Je peux maintenant essayer d’améliorer ma technique: je fléchis un peu les jambes, je me penche un peu en avant. J’essaie de gagner en vitesse. Et ça marche ! Bien sûr je me fais quelques frayeurs parfois et je manque de tomber. Je dois vraiment avoir l’air ridicule. Mais qu’importe! Maintenant que je suis lancée, je n’ai plus envie de m’arrêter. La prochaine fois je m’en souviendrai et je m’épargnerai les hésitations initiales pour profiter un maximum dès le début.

Essayer de parler une nouvelle langue, c’est très similaire à mon expérience du patinage.

Tout d’abord, apprendre à marcher s’apparente beaucoup à apprendre à parler. Ce sont des compétences que nous avons développées dans notre prime enfance et nous n’en avons aucun souvenir. Impossible de se rappeler comment on a commencé à mettre un pied devant l’autre ni à prononcer nos premiers mots. Il faut tout recommencer à zéro et notre expérience initiale ne nous sert à rien. Mais il suffit de regarder les petits qui nous entourent. Il y a fort à parier que nous étions aussi gauches qu’eux. Apprendre à se déplacer sur un autre élément comme la glace, ou apprendre à s’exprimer dans une nouvelle langue va forcément être une expérience quelque peu effrayante, voire déplaisante. Ça fait peur de tomber; c’est frustrant de ne pas pouvoir s’exprimer avec fluidité et de ne pas être compris; c’est désagréable d’avancer d’un pas chancelant ou d’avoir la langue qui fourche devant les autres.

Comment surmonter ses craintes et ne pas se décourager quand on apprend une langue?

Personne n’aime avoir l’air ridicule. Surtout comparé à ceux qui le font les doigts dans le nez! Mais il y a fort à parier qu’ils ont commencé soit étant petits, soit il y a plusieurs années en tout cas. Le chemin nous semble interminable, voilà pourquoi il ne faut pas se focaliser sur un idéal qui nous parait inatteignable. C’est la meilleure façon de se décourager. Au contraire, il faut y aller étape par étape, se fixer des objectifs simples et se réjouir de chaque obstacle franchi.

Et au départ il faut oser sans trop se soucier de nos défauts. Si on ne s’arrête pas aux craintes, aux maladresses et aux imperfections initiales, on commence à prendre du plaisir et à progresser. Or le plaisir est la clé d’un apprentissage réussi. Je ne le dirai jamais assez. Quand on prend du plaisir en parlant une langue, on crée un cercle vertueux: le plaisir déclenche des hormones qui provoquent une sensation de bien-être et permettent une meilleure concentration et mémorisation, ce qui entraîne une progression plus efficace, laquelle nous procure davantage de plaisir et libère donc plus d’hormones dans notre corps, lesquelles deviennent addictives et nous poussent à répéter l’opération afin de retrouver ces sensations de bien-être et ainsi de suite. Une fois qu’on aura atteint de cette façon une certaine aisance, alors on pourra perfectionner sa technique.

Regardez ma vidéo et lisez mon article sur l’importance du plaisir dans l’apprentissage si vous ne l’avez pas déjà fait.

Sortir de notre zone de confort, ça peut être difficile au début. Il est beaucoup plus simple de continuer à faire les mêmes activités routinières, qui nous procurent un sentiment de sécurité. Mais lorsque nous ne faisons plus rien de nouveau, tout devient machinal, banal et notre cerveau perd en souplesse. Alors prenons notre courage à deux mains et lançons-nous. On a beaucoup plus à y gagner qu’à y perdre.

Abonne-toi à Katy’s Languages sur Instagram pour me suivre et découvrir d’autres horizons: http://instagram.com/katyslanguages/

Pour améliorer ton français suis The French Instinct http://instagram.com/thefrenchinstinct/

D’origine française, je suis bilingue en espagnol et je parle aussi anglais, portugais et italien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s