3 Ingrédients pour changer l’ennui en plaisir – Podcast 3e épisode

The French Instinct

Le français avec Katy

Apprends le français en contexte grâce à des ressources gratuites. Découvre la langue et la culture du quotidien avec une prof de FLE française.

Niveau intermédiaire – avancé / B1-C2

Abonne-toi au podcast The French Instinct

sur Podbean  sur Spotify  sur Itunes

Ecoute le podcast ici

« The French Instinct » 

« Parle, pense, vis en français et découvre d’autres horizons. Une émission proposée par Katy Beauvais » 

« Vous écoutez The French Instinct, une bulle francophone pour vous immerger dans le français authentique et vous perfectionner tout en vous proposant un moment de détente, de découverte et d’inspiration. Moi c’est Katy, je suis française, prof de français langue étrangère passionnée par les langues et tout au long de ces émissions on parlera de la vie de tous les jours, de la langue française, de la France mais aussi d’autres langues, d’autres pays, d’interculturel, d’apprentissage. Bienvenue dans ma bulle ! »

Est-ce que vous avez déjà travaillé en usine ou bien fait un travail pénible et répétitif qui ne vous apportait rien intellectuellement parlant ? Eh bien moi oui et loin d’être une expérience vide de sens, elle m’a beaucoup appris.

Bienvenue dans cette nouvelle bulle de français. Vous êtes avec Katy et aujourd’hui je vais vous raconter une expérience que j’ai vécue et qui au départ pourrait être assez banale. Mais moi j’aime étudier le quotidien parce que je trouve qu’on a beaucoup à en tirer et cette expérience insignifiante et a priori déplaisante m’a appris beaucoup sur la façon dont je peux prendre plaisir à faire des choses banales et aussi, peut-être que ça va vous surprendre, sur la façon dont je peux apprendre.

Tous droits réservés

Alors j’ai eu plusieurs expériences de travail soit en usine, soit du travail agricole, du travail assez physique et puis pas très… pas très enrichissant, mais la première expérience que j’ai eue, elle a eu lieu une fois que j’ai fini mes études. J’ai cherché du travail en usine. C’était un travail vraiment très répétitif : pendant huit heures, cinq jours par semaine, je devais faire les mêmes gestes : je devais mettre des accessoires pour des téléphones portables dans un petit étui en carton et les petits étuis en carton, je devais les mettre dans une caisse, dans une grande caisse, que je devais ensuite placer sur une palette en bois.

On avait un quota à respecter et un rendement, c’est-à-dire qu’on devait faire un certain nombre de boites, remplir un certain nombre de boîtes et qu’on devait le faire en un temps limité : il y avait un nombre de boîtes à faire par heure. Notre chef d’équipe passait toutes les heures pour vérifier si on respectait le rendement. Donc certaines personnes étaient renvoyées dès les premiers jours parce qu’elles ne tenaient pas le rythme et d’autres abandonnaient d’elles-mêmes soit parce qu’elles n’arrivaient pas à tenir la cadence même si elles arrivaient à faire le rendement, soit parce qu’elles trouvaient ça beaucoup trop ennuyeux. Alors ajoutez à ça le fait que, une semaine sur deux, on commençait à 5 heures du matin. Donc pendant une semaine, cinq jours, on devait être présents à l’usine à 5 heures du matin pendant huit heures, puis la semaine suivante on commençait à 13 heures. Voilà, on faisait ce qu’on appelle les 2×8. Mais bon, moi je pense que c’est bien dans la vie de faire un petit peu de tout, d’avoir beaucoup d’expériences différentes, c’est toujours… c’est toujours enrichissant. Et puis pour moi c’était quelque chose de temporaire et c’était mon choix, c’était moi qui avais décidé de faire ça, personne ne m’y obligeait et je savais que ça n’allait pas être pour longtemps : c’était un mois maximum, après je partais en Espagne.

Alors bien sûr c’était un travail ennuyeux, très ennuyeux, extrêmement ennuyeux ! Je ne pouvais pas envisager de passer huit heures à m’ennuyer et surtout que j’avais vraiment très envie de dormir, j’avais sommeil. Alors j’ai commencé à prendre cette activité comme un jeu et à me lancer des petits défis. Sauf que, arrivée au maximum de mes capacités et bien il y a un moment où je ne pouvais plus aller plus loin : je faisais un maximum d’étuis et de boîtes par heure ; je ne pouvais pas aller plus loin. En réalité je ne faisais que reproduire la technique qu’on m’avait montrée. On m’avait montré qu’il fallait prendre le petit étui à deux mains pour pouvoir l’ouvrir, ensuite à poser l’étui, prendre les accessoires, ensuite garder les accessoires dans la main droite, prendre l’étui de la main gauche et placer les accessoires à l’intérieur. Comme l’étui était petit et qu’il tenait dans une main et bien j’ai essayé de le monter à une seule main : je devais faire pression entre le pouce et le majeur et ensuite je rabattais le fond avec l’index. Pendant que je montais l’étui de la main gauche j’attrapais les deux accessoires de la main droite et ensuite je n’avais plus qu’à glisser les accessoires dans la boîte. Donc je faisais les deux actions simultanément au lieu de les faire consécutivement. Voilà, je les faisais en même temps et pas l’une après l’autre.

Une fois la technique perfectionnée et bien ça me permettait de gagner de précieuses secondes et j’arrivais à remplir ma caisse bien plus vite. Je faisais « exploser » le rendement comme on dit, c’est-à-dire que j’allais bien plus vite que ce qui était attendu. Donc je pouvais en profiter pour m’étirer un petit peu, me dégourdir les jambes entre 2 caisses. Les responsables ont été très surpris et ils ont commencé à observer ce que je faisais pour découvrir comment j’arrivais à aller aussi vite et à toujours avoir un petit peu de temps.

Cette expérience pour tout aussi insignifiante qu’elle puisse paraître m’a permis de faire une importante découverte : on peut prendre plaisir à faire à peu près n’importe quoi même si initialement ça semble très ennuyeux. Et pour ça et bien il suffit de trois ingrédients : le premier, c’est de nous lancer un petit défi personnel ; le deuxième, c’est développer notre propre technique, notre propre stratégie ; et le troisième c’est de prendre ça comme un jeu.

Et ce qui est curieux, c’est que c’est exactement ce que je fais quand j’apprends une langue. D’abord, je me lance des petits défis à moi même sans que personne me l’ait demandé. Alors, quelque chose de pas trop difficile, de réaliste, de concret, de réalisable. Par exemple, en ce moment je me lance un défi, donc dans les cinq langues que j’apprends ou que j’ai commencé à apprendre à un moment donné. Je me suis dit que je peux bien trouver 10 ou 15 minutes tous les jours pour pratiquer une de ces langues.et pour vraiment avoir la motivation de le faire et bien j’ai rendu le défi public sur Instagram, sur mon compte @katyslanguages https://www.instagram.com/katyslanguages/ . Une fois par semaine, je publie une petite vidéo dans chacune des cinq langues que je suis en train d’apprendre. [J’ai fait ce défi pendant le confinement].

Le deuxième élément que je mets en pratique quand j’apprends une langue c’est que je personnalise mon apprentissage. Je connais mon style d’apprentissage, je sais ce qui me plait, je sais ce qui fonctionne pour moi et donc je vais choisir mes supports en fonction de ça et je ne vais pas suivre une méthode rigide qui ne me convient pas. C’est très important quand on apprend… quand on apprend quoi que ce soit, c’est qu’il ne faut pas penser que tout a été inventé et qu’on doit forcément tout faire comme tout le monde. Parce que ce qui peut marcher pour les autres déjà ça peut ne pas marcher pour nous et puis on peut toujours inventer, innover, on est responsables de la façon dont on apprend il n’y a que nous qui pouvons savoir ce qui nous plaît et ce qui fonctionne pour nous.

Et le troisième élément que je mets en pratique quand j’apprends une langue c’est que je prends ça comme un jeu : je m’amuse ! Pour moi une langue, avant d’être un processus intellectuel, c’est quelque chose… c’est quelque chose de vivant, c’est plus sensoriel, c’est vraiment une expérience, une découverte. Donc moi mon conseil ça serait de ne pas prendre les choses trop au sérieux. Les petits, c’est comme ça qu’ils apprennent : ils apprennent spontanément, ils sont curieux, ils observent, ils jouent et c’est comme ça qu’on devrait continuer à apprendre toute notre vie finalement.

Je voudrais terminer cette émission en vous citant les paroles de Tolstoï. Voilà, c’est une pensée un petit peu philosophique qui illustre bien ce que j’ai voulu vous transmettre dans l’émission d’aujourd’hui. Tolstoï a dit : « le secret du bonheur ce n’est pas de faire ce que l’on aime mais d’aimer ce que l’on fait » En réalité, la seule chose que personne ne peut emprisonner c’est nos pensées, notre esprit, nos désirs, nos rêves et si on ne peut pas changer la situation ou influencer ce qui se passe autour de nous, on peut au moins changer notre point de vue et avoir une influence sur nos pensées et par ce biais sur nos émotions. Voilà, j’espère que vous avez profité de cette bulle de français. Je vous remercie de m’avoir écoutée et je vous dis au prochain épisode. Bonne journée !

« Merci d’avoir écouté cette émission. Si vous voulez discuter de ce qui a été abordé dans cet épisode, accéder à la transcription et me suivre sur les réseaux sociaux, allez sur mon site http://www.thefrenchinstinct.com . Vous trouverez le lien direct vers cet épisode dans la description du podcast. On se retrouve au prochain épisode, pour une nouvelle bulle de français ! »

Auteure: Katy Beauvais. Source The French Instinct http://www.thefrenchinstinct.com. Tous droits réservés.

Envie de discuter de cet épisode avec moi et de me poser tes questions? Contacte-moi et réserve une séance en ligne.

Sans titre

Suis The French Instinct sur Instragram pour découvrir la langue et la culture française au quotidien et accéder à des publications et vidéos exclusives.

Abonne-toi à The French Instinct sur Youtube  

The French Instinct est la section de Katy’s Languages consacrée à la langue et la culture française.  

Si tu aimes ce que je fais, like ♥, partage , laisse-moi tes impressions ou tes suggestions. 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. pierrette dit :

    SUPER ! par contre je n’ai fait que lire car je n »ai pas réussi à mettre le son

    J'aime

    1. Katy's Languages dit :

      Merci ! C’est bizarre, ça devrait marcher pourtant. C’était peut-être au tout début de la publication. Je rajoute généralement le lien dans les minutes qui suivent.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s