Qui vivra verra, Inch Allah ! – Podcast épisode 18

The French instinct

Le français avec Katy

Dans cet épisode, on parle de notre perception du temps et de notre rapport à l’avenir. Je te parle des spécificités françaises par rapport à deux cultures que je connais : celles de l’Espagne et du Maghreb. Je t’explique ce que mes rencontres avec ces deux cultures m’ont appris de positif concernant le lâcher-prise et j’utilise des proverbes qu’on emploie en langue française pour parler de l’avenir.

Découvre la France, sa culture, son quotidien. Ecoute du français authentique et perfectionne-toi en contexte grâce des ressources gratuites créées par une prof de FLE française passionnée par les langues dans une perspective interculturelle. Niveau intermédiaire – avancé / B1-C2

Abonne-toi au podcast The French Instinct sur Podbean sur Spotify sur Itunes Appel podcast

Tu me trouveras aussi sur Listen notes, Podtail, PlayerFM, Repod, Pitch podcats, Google podcats, et +


Tu aimes The French Instinct ? Tu trouves le podcast et mes autres ressources gratuites utiles ?

Soutiens mon travail de création en faisant un don mensuel ou ponctuel ❤️


Et si je t’écrivais régulièrement en français pour te donner des nouvelles, te tenir informé de mes créations, ressources gratuites, formations et événements en ligne et partager avec toi des conseils utiles pour booster ton français et le parler de façon plus authentique ?


Vous trouverez la transcription ci-dessous. Les notes explicatives x sont situées en fin d’article. Les passages en italique sont des tournures idiomatiques, expresssions ou proverbes qu’il est utile de connaître.


« The French Instinct » 


« Parle, pense, vis en français et découvre d’autres horizons. Une émission proposée par Katy Beauvais« 
« Vous écoutez The French Instinct, une bulle francophone pour vous immerger dans le français authentique et vous perfectionner tout en vous proposant un moment de détente, de découverte et d’inspiration. Moi c’est Katy, je suis françaiseprof de français langue étrangère passionnée par les langues et tout au long de ces émissions on parlera de la vie de tous les jours, de la langue française, de la France mais aussi d’autres langues, d’autres, d’intercultureld’apprentissage. Bienvenue dans ma bulle ! »

Dans la vie, est-ce que vous êtes plutôt du genre à vivre au jour le jour ou à tout planifier ? On va parler de notre perception du temps aujourd’hui et plus particulièrement du futur et de notre rapport à l’avenir. Je vous raconterai mon expérience avec d’autres cultures et le choc culturel que j’ai vécu en me confrontant à des personnes qui, de par leur origine, voyaient l’avenir avec beaucoup plus de souplesse et d’humilité que moi et tout ce que ça m’a appris.

Bienvenue pour une nouvelle bulle de français, merci d’écouter une nouvelle fois un nouvel épisode du podcast. Je vous rappelle que vous pouvez interagir directement avec moi sur mon blog ou mon compte Instagram et que vous pouvez aussi rejoindre l’atelier de discussion sur le podcast pour tirer le meilleur parti des épisodes et pratiquer votre conversation. Si vous voulez soutenir mon travail partagez, cet épisode sur votre réseau et laissez-moi une évaluation positive sur Apple podcast afin de toucher plus de personnes. Et puis si vous voulez me permettre de consacrer plus de temps à la création de ressources gratuites pour vous, comme ce podcast, vous pouvez le faire en prenant un abonnement à The French Instinct. N’hésitez pas à me contacter pour me faire part de vos impressions, de vos suggestions, je vous répondrai sans faute. Vous trouverez tous les liens utiles dans la description du podcast.

En ce qui me concerne, mon rapport au temps qui passe, j’ai commencé à le remettre en question il y a pas mal d’années. Si vous avez écouté d’autres épisodes de ce podcast, vous savez peut-être que j’ai habité longtemps en Espagne. Même si je suis française et que j’ai grandi en France, j’ai passé presque 13 années de ma vie d’adulte là-bas. Une des choses qui m’ont beaucoup surprise quand je m’y suis installée, c’est la facilité avec laquelle les gens vivaient leur vie sans prise de tête 1. Cette tolérance face à l’imprévu, cette capacité à profiter du présent, à remettre à plus tard tout ce qui n’est pas indispensable pour s’accorder un moment de détente, voir ses amis, sa famille, faire une sieste après le repas, sortir se balader. La ponctualité c’est un concept assez approximatif là-bas. On est rarement à l’heure à un rendez-vous. Être à l’heure c’est souvent arriver trop tôt d’ailleurs.

« Avant l’heure c’est pas l’heure, après l’heure c’est plus l’heure », ça c’est un proverbe français.

Donc il y a un gros décalage du point de vue de la perception du temps, de ce qu’on fait de son temps. Dans le dictionnaire des proverbes français de 1757 on lisait déjà « la perte de temps est pire que la perte d’argent ». D’ailleurs aujourd’hui encore on dit que « le temps c’est de l’argent ». On accorde énormément de valeur au temps, mais peut-être dans un esprit plutôt productiviste : il faut optimiser son temps, essayer de faire le maximum de chose en un minimum de temps, faire quelque chose de constructif de son temps, même si, on l’a déjà vu dans l’épisode « les doigts de pieds en éventail », c’est bénéfique de temps en temps de ne rien faire et de s’accorder le droit à la paresse. Allez écouter cet épisode c’était le 12 de ce podcast.

Une autre grosse disparité dont je me suis vite aperçue, c’est le rapport à l’avenir. En France globalement, on aime bien planifier, prévoir, anticiper. Alors qu’en Espagne on est plutôt dans l’improvisation, dans la spontanéité et on s’adapte facilement à l’imprévu.

Petit à petit, j’ai appris à lâcher prise, à arrêter de vouloir tout prévoir et je me suis rendu compte que c’était drôlement plus agréable de ne pas avoir cette pression permanente pour faire en sorte que tout soit calculé et carré. J’ai découvert une nouvelle facette de ma personnalité, je suis devenue une personne beaucoup plus cool et modulable et finalement au bout d’un certain temps j’ai réussi à trouver un équilibre entre mon besoin de sécurité d’un côté et le besoin de lâcher-prise de l’autre. Parce que finalement on a tous ces deux besoins, enfin la grande majorité d’entre nous je pense, et on doit trouver cet équilibre entre les deux.

Le temps qui passe - vocabulaire français - FLE - Remettre les pendules à l'heure

Que nous réserve l’avenir ? Depuis un an, on a l’impression de perdre pied 2, qu’on a perdu tout contrôle sur ce qui se passe autour de nous. C’est comme si le temps s’était arrêté. On retrouve l’élasticité du temps de notre enfance, où parfois les secondes devenaient interminables. C’est comme si on vivait un jour sans fin sans jamais voir arriver demain, comme si tout était mis entre parenthèses 3. Mais en réalité, à moins d’être devin, on n’a jamais pu savoir ce que nous réservait l’avenir.

Quand on vit dans l’illusion qu’on peut tout contrôler, on perd notre humilité, on oublie qu’on est juste un petit point minuscule dans l’univers. On crée un monde vraiment rassurant, tellement qu’on peut arriver à en oublier que la plupart des choses les plus fondamentales de notre existence ne dépendent pas de nous. Et si on oublie ça, on peut se prendre une sacrée claque 4 quand on est obligé d’affronter une situation totalement imprévisible.

Autrefois en France, c’était la religion qui véhiculait cette humilité, cette idée qu’on ne peut pas tout maîtriser, qu’on ne sait jamais avec certitude ce qui va se produire. Quand on faisait des projets, on disait « ça se passera comme ça si Dieu le veut ». On peut lire ça dans la littérature ou dans les textes religieux, mais dans la vie courante, cette expression n’existe plus. En espagnol on peut encore entendre parfois des personnes dire « Si Dios quiere » . On verra demain, « ya veremos mañana, si dios quiere ». Mais en langue française, « si Dieu le veut » ça n’existe plus, c’est complètement tombé en désuétude 5, comme beaucoup d’expressions religieuses d’ailleurs.

Si vous avez remarqué, j’ai dit en langue française, parce qu’en France, on n’a pas une seule et unique culture et une seule langue. Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que la France est une terre d’immigration. On a une grande diversité de cultures et de langues étrangères, même si elles ne sont pas officielles. Parmi toutes ces langues et cultures qui coexistent en France, il y a une langue étrangère qui est parlée par environ 3 millions de locuteurs, c’est l’arabe, alors arabe au sens large, parce qu’il existe de nombreuses variantes.

En France on a une grande communauté originaire du Maghreb, il y a eu une forte immigration après la 2nd guerre mondiale, on avait besoin de main d’œuvre pour reconstruire le pays et on a fait appel aux hommes originaires de colonies du Nord de l’Afrique. Puis les femmes sont arrivés, les enfants sont nés, les familles se sont regroupées. Aujourd’hui la grande majorité des personnes d’origines algérienne, marocaine ou tunisienne sont bien françaises, elles sont pour certaines issues de la 3e ou de la 4e génération, c’est leurs grands-parents ou leurs arrière-grands-parents qui sont venus du pays, du « bled » 6. Eux, ils sont nés et ils ont grandi en France, souvent dans une double culture : la culture de leur famille à la maison et souvent dans le quartier, la culture française à l’école, dans la vie étudiante ou professionnelle. Donc même s’ils sont Français ils conservent une part de leur héritage culturel et c’est important de connaître ses racines et de les apprécier. Bien sûr la culture française et la culture du Maghreb sont très différentes, la philosophie est différente, la place de la religion est différente.

Mon expérience avec la langue et la culture arabe. Interculturel.

A une époque de ma vie, j’ai été très attirée par la langue et la culture arabe. Je le suis toujours d’ailleurs, c’est une culture que je trouve vraiment belle et une langue une j’aimerais parler couramment un jour. J’ai donc côtoyé cette culture pendant plusieurs années avant d’habiter en Espagne, alors que j’habitais toujours en France. Pour les Musulmans, on ne peut pas parler de l’avenir, des projets même très proches, sans ajouter les mots « Inch Allah » et « inch allah » c’est l’équivalent de « si Dieu le veut ». Pour moi qui suis franco-française, c’était difficile de comprendre cette perception. Quand quelqu’un me disait « je passe te chercher demain, incha allah », ça avait tendance à m’agacer, parce que j’avais l’impression que la personne ne prenait pas ça au sérieux, elle ne s’engageait pas sérieusement à venir me chercher, je ne pouvais pas me fier à sa parole. A l’époque j’étais très jeune, et j’avais tendance à croire que j’étais un petit peu au-dessus de tout, je me croyais quasiment invincible, comme beaucoup de jeunes. Et pourtant, après avoir vécu en Espagne, et puis avec l’expérience, avec le temps, je me suis rendu compte qu’il y avait une profonde sagesse derrière ces mots, qu’on soit croyant ou non d’ailleurs. Aujourd’hui, j’ajoute souvent une petite phrase quand je parle du futur, d’un projet, je dis par exemple « je passe te prendre demain, sauf imprévu », « on part en vacances la semaine prochaine s’il n’y a pas de changement ». C’est devenu une espèce d’habitude. Certaines personnes disent « je touche du bois » ou « on touche du bois« , c’est une sorte de superstition, au départ c’est une superstition de toucher du bois pour conjurer le mauvais sort, mais c’est aussi passé dans le langage courant pour traduire cette idée qu’il peut arriver quelque chose qui viendra contrecarrer nos projets. En français, on pourra entendre aussi parfois certaines personnes dire « inch allah », même si elles ne sont ni arabes, ni musulmanes, ni même croyants. C’est une expression que beaucoup de personnes connaissent et qu’on emploi de temps en temps. Que ce soit Dieu, l’univers, le hasard, le destin, la malchance, le mauvais sort, peu importe notre conception de l’existence, on devrait regarder l’avenir avec humilité. Ça nous aiderait à accepter le présent.

« Qui vivra verra ». C’est un proverbe français qui exprime justement le fait qu’on ne peut pas savoir ce que l’avenir nous réserve, que la seule façon de savoir ce qui se passera dans quelques années, c’est d’être là pour le voir et que par conséquent c’est inutile de trop se prendre la tête 1. On a un autre proverbe qui dit que « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » et c’est vrai, indiscutablement, qu’on doit faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prendre notre destin en main, que quand on a la volonté et qu’on fait les bons choix, on peut obtenir énormément de choses. On doit continuer à avoir, à faire des projets, réalistes et réalisables à court terme, mais aussi à profiter du présent, à apprécier ce qu’on a.

Quand il y a des jours où je me sens inquiète ou même parfois révoltée par la situation, il faut bien le dire, je m’arrête, je me pose un petit peu et je me demande : « qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour aller bien, là maintenant, sans attendre de pouvoir concrétiser tous mes projets d’avenir« , sans angoisser à l’idée de ce qui pourrait ou pas se produire. Qu’est-ce qui est vraiment en mon pouvoir? « . Je peux faire plein de petites choses pour améliorer mon quotidien, pour améliorer ma santé, préserver l’environnement, influencer positivement la société et même la vie politique de mon pays, qu’est-ce que je peux créer pour moi et aussi pour les autres. C’est peut-être le moment de s’investir, de s’impliquer, de s’engager, de se mouiller 7. Mon pouvoir ne se limite pas à consommer tout ce que je veux et à voyager où bon nous semble. J’ai un rôle bien plus important à jouer que ça, on a tous un rôle bien plus important à jouer que ça et si certaines choses nous angoissent et nous révoltent, et c’est parfaitement normal,  et bien on peut essayer de faire en sorte que cette énergie nous serve à changer les choses justement. Alors concentrons-nous sur ces petites choses sur lesquelles on peut réellement agir aujourd’hui et maintenant et lâchons prise sur les éléments sur lesquels on a aucune emprise.

Je vais finir par une citation d’Antoine de Saint Exupéry, qui je l’espère vous inspirera : « Préparer l’avenir, ce n’est que fonder le présent. Il n’est jamais que du présent à mettre en ordre ». J’espère que vous avez apprécié cette bulle de français et je vous attends pour en discuter : comment est-ce que vous vous percevez l’avenir ? Et qu’est-ce que vous faites pour améliorer votre présent? A très bientôt !

« Merci d’avoir écouté cette émission. Si vous voulez discuter de ce qui a été abordé dans cet épisode, accéder à la transcription et me suivre sur les réseaux sociaux, allez sur mon site www.thefrenchinstinct.com . Vous trouverez le lien direct vers cet épisode dans la description du podcast. On se retrouve au prochain épisode, pour une nouvelle bulle de français ! »

Auteure: Katy Beauvais. Source The French Instinct http://www.thefrenchinstinct.com. Tous droits réservés.

Envie de discuter de cet épisode avec moi et de me poser tes questions? Contacte-moi et réserve une séance en ligne.

Retrouve tous mes articles en français sur mon blog

Suis The French Instinct sur Instagram au quotidien

Abonne-toi à mon site pour être averti de chaque nouvelle publication !

Si tu aimes ce que je fais, like ♥, partage , laisse-moi tes impressions ou tes suggestions. 

Notes explicatives: fig = sens figuré; fam = langage familier

  1. Sans prise de tête (fig, fam): sans inquiétude sans s’inquiéter.
  2. Perdre pied (fig) : perdre le contrôle, être dépassé par les événements.
  3. Mettre entre parenthèses (fig): faire une pause, laisser quelque chose de côté pendant un certain temps.
  4. Prendre une claque (fig, fam): être violemment surpris par la réalité, vivre un échec.
  5. Tombé en désuétude: qui n’est plus utilisé.
  6. Le bled (fam): en arabe, bled veut dire village. Pour les immigrés originaires du Maghreb en France, le bled c’est leur pays d’origine. On utilise aussi couramment le mot « bled » comme synonyme de village en français familier.
  7. Se mouiller (fig): s’impliquer, prendre parti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s